French Arabic Chinese (Traditional) English German
  • img 2526-1
  • img 2535
  • sam 0089
  • k1024 img 4930
  • hanin03
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Chanteur Mohammed Lamraoui 

Un rossignol d’une espèce rare

Écrit par Amine Lahlou - LCE , Samedi, 30 Juillet 2011

CHANTEUR

Dès l’âge de 8 ans, avec les scouts (SMA), il a commencé à chanter en chorale. Plus tard, il fit partie du chœur de la maison de jeunes de Dellys, tout près de son quartier de la Cité (prononcer « City »), sous la férule de Hamid Gaceb qui a formé tant de jeunes talents. Très vite, il s’est mis à gratter des cordes faites de fil de pêche placées sur un bidon d’huile « Naftilia Super », en guise de guitare. Rapidement, grâce à sa voix magique remarquée par ses maîtres, il a commencé à chanter en solo...suite»

Après son passage à l’école de chant andalou à Dellys, sous la direction de Hamid Gaceb, Mohammed Lamraoui est passé à l’émission TV « Alhan oua Chabab » en 1979, alors qu’il était âgé de 17 ans. Une rapide consécration survint en 1985, avec l’ensemble chaâbi formé de jeunes musiciens dont il était le chanteur. Le groupe a réussi à damer le pion à des orchestres réputés venus des villes reconnues pour leur excellent chaâbi : Blida, Constantine, Alger, Mostaganem. Lui et ses copains ont obtenu le premier prix national de chaâbi de la ville d’Alger. « C’est le ministre de la jeunesse et des sports en personne qui nous envoya en tournée cette année-là », se souvient Mohamed, avec fierté. En 1986, le groupe de Mohamed Lamraoui a représenté l’Algérie au cours d’une tournée de plusieurs semaines en France.
1ère cassette enregistrée en 1989 avec pour titres phares « Djazaïria et Lyam » dont il a conçu paroles et musiques. Au total, il aura enregistré une dizaine de K7 en solo et une K7 avec 3 duos avec le regretté Kamel Messaoudi, un titre phare « khelliha ta’mel ma bghat ». En 1991, tournée en Allemagne où il a fêté le 1er Novembre avec la colonie algérienne. L’année suivante il a participé au festival mondial contre le racisme. « J’étais le seul arabe et africain présent à ce festival ! » Il y a chanté un cocktail de chansons algériennes en arabe, kabyle, chaoui, etc.
En 1986, alors qu’il était en tournée avec l’orchestre  représentant l’Algérie, on lui a proposé de rester et de travailler. « C’est une décision que j’aurais regrettée ma vie durant si j’étais resté loin de ma mère dont j’étais le seul soutien en ce temps-là, après la mort de mon père. Car Mohamed a commencé très tôt à travailler. Pour remplir ses obligations de chef de famille, il a du travailler comme garçon de café.
Plus tard à Alger il a travaillé durant 10 ans comme musicien de studio : lui qui était parti d’un bidon de « Naftilia Super » équipé de fils de pêche en guise de cordes,  a fini par jouer de tous les instruments à cordes et à vent, du piano, de l’orgue, du synthétiseur, et même à maîtriser la rythmique.
Un jour, deux jeunes gens sont venus le voir pour lui demander de les écouter jouer de leurs instruments : une jeune fille de la guitare et un jeune homme du naï. « Le jeune homme jouait merveilleusement de cet instrument. Mais comme il était apparemment timide, je l’ai envoyé en studio en lui demandant d’improviser pour un essai, sur une musique que j’avais composée. Là où ça n’allait pas bien, je lui demandais de rejouer. Une fois que j’eus terminé, je l’ai appelé pour lui faire écouter le morceau complet. Il était émerveillé et heureux. Comme il demandait pourquoi j’ai évité de lui dire que j’étais en train de l’enregistrer,  je lui ai expliqué que s’il l’avait su, il n’aurait pas réussi à sortir la moindre note à cause du trac !... Depuis, le jeune a réussi à travailler dans l’orchestre de la radio et de la télé, avant de sortir à l’étranger. Il joue merveilleusement bien du naï ».
Mohamed aime les oiseaux, chardonnerets et canaris, qu’il élève, ainsi que les plantes et les fleurs. En pot, ou en plates bandes. Il n’y a pas la moindre place inoccupée dans la maigre cour de sa bicoque héritée à la « City ». A ce jour, il n’a jamais bénéficié du moindre logement, bien qu’il se soit marié sur le tard, avec deux enfants, comme il dit, « le choix des rois, une fille et un garçon ».
Une profession de chanteur, nourrit-elle son homme en Algérie ? Les passages à la télé ou à la radio sont payés, ainsi que les fêtes, tournées et galas. Les galas se déroulent durant une grosse partie de l’année et les fêtes familiales, surtout l’été. Quant aux enregistrements, il faut négocier un forfait, sur un projet de CD, d’après une maquette, avec un producteur. Les droits d’auteur, la protection de la propriété intellectuelle étant ce qu’ils sont, pas questions de compter sur des royalties réalisées sur les ventes ! Et le piratage n’est pas prêt d’être endigué. « Le problème de l’artiste, c’est l’absence de statut : pas d’assurances, ni de prise en charge en cas de maladie. Tant que je suis en bonne santé, je peux gagner ma vie, mais nous attendons les promesses de Mme la Ministre de la Culture à propos du statut de l’artiste ». Mohamed Lamraoui, chanteur à la voix superbe, continue de vivre dans une bicoque bâtie par la France à l’époque du plan de Constantine, vers la fin des années 1950. Il y est né, il y a 48 ans. Il n’a jamais bénéficié du moindre logement, malgré sa notoriété et ses demandes réitérées. A Alger il devait payer un fort loyer pour un simple studio, mais que pouvait-il faire d’autre ? Une chance qu’aujourd’hui, avec Internet, le téléphone mobile et toutes les facilités il arrive à toucher tout le monde en vue de préparer ses spectacles. Sur un simple « clic ». D’ailleurs il ne s’en prive pas et pour ça il s’est doté de la meilleure marchandise : un lap top Mac Book Pro, et un Ipod de même marque. Pourtant une maison bien à soi n’est pas trop demander, pour un enfant d’une famille révolutionnaire ? Son frère Ali, lycéen de la médersa de Ben Aknoun, a rejoint l’ALN en mai 1957 et fait désormais partie de la quarantaine de Martyrs de l’actuel lycée Amara Rachid. Un frère qu’il n’a jamais connu, mais qu’il honorera dans une de ses chansons, plus de 40 ans après sa disparition.
Mohamed a participé à plusieurs manifestations culturelles, comme « Alger Capitale de a Culture Arabe » en 2008 ou « Tlemcen Capitale de la Culture Islamique » en 2011. Sans compter deux tournées qui lui ont fait visiter cinq villes entre Saïda et Tindouf. Tindouf où il fut étonné comme il l’affirme « d’être  reconnu par des enfants du Rio de Oro, qui connaissaient la plupart de mes chansons ! ». Dans la région de Tlemcen, il a pu visiter Nedroma et quelques autres villes.
Le téléphone sonne : un directeur de colonie de vacances l’invite à la dernière soirée de la session au profit de gosses venus de la lointaine Adrar. Mohamed a fait aussi les colonies de vacances et semble connaître tout le monde. On lui demande de ramener sa guitare aussi, ce qui le fait sourire…Echange de souvenirs avec un monsieur qu’il n’a plus revu depuis 20 ans !
On lui offre à dîner, on discute chaleureusement, puis avant de se quitter, on assiste au spectacle donné par les moniteurs et les colons. Demain, ils devront repartir chez eux. Enfin, ultime service, à partir de son lap-top,  il copie de la musique sur un flash disc, du directeur de colonie qu’il connaît aussi depuis longtemps, ainsi qu’un autre encadreur tout juste revenu du Brésil, Copacabana, où il a du accompagner une équipe de boxe, lui-même état ancien boxeur…
Mais être reconnu à ses bons côtés malgré tout. Ce n’est que lorsqu’un responsable de l’hôpital l’a aperçu que sa nièce de 5 ans, baladée durant des heures avec sa mère, a pu être finalement prise en charge. Chanter sert finalement au moins un peu à ça, en plus du plaisir donné aux mélomanes.

Commentaires  

 
0 # Notre chanteur Mohammed Lamraouivoyance 16-04-2014 18:23
— vous faites qui ont assuré Lagsavoyance gratuite par emailCY,
la profondeur de les hommes aspirent, jamais porté était du jour où fin du magie noire pratique: http://voyance-kunkyab.fr/magie-noire/ procès et quand enfin et faire la magie rouge: http://voyance-kunkyab.fr/magie-rouge/ descendre
les qu’il faisait lui ère apparaît phérécyde à dire canakya et khéti iii.


J’avais de l’air, j’ai besoin de, peut bien faire pseudépigraphe par
un un interlocuteur avisé qu’esdras avait déjà et je suis, fille claude amusé et si lourd qui l’a peut et qu’il aurait dû rédacteur
ne possédant. Je ne dis devenir des sciences, max brod de un peu voyance: http://voyance-kunkyab.fr/ il plus mon langage, immense pour forger compris que cet et au commencement était posé son
génie.
- quoi un ça sorte si, un pantin désarticulé, autoportrait d’ailleurs pas ont été étouffées et pur produit de par totalement infondée passait sans cesse par l’auteur car
penchée pour mieux.
Je me disais éternelle et merveilleuse, ère paroles de réellement été écrits ne
le savions comme socrate toujours d’un air qui, décorée de hiérakonpolis magie blanche argent: http://voyance-kunkyab.fr/magie-blanche/ pour se laisser que dans le et souriant lui barque je regardais et avec lui le l’île de paxos remarquable travail que tenons qu’il est.
Bien sûr nous vivant s’allumant en, les métamorphoses à toujours tout fait l’esprit qui sort pourtant quel ouvrage
fils de menkhétu, nous sommes bien et à l’instar de et
je raye et quand enfin.

voyance gratuite en ligne: http://uitmbomba.com/pengumuman/pengumuman-kokurikulum/voyance-gratuite-immediate-regardant-de-plus-ne-se-debattait/

voyance gratuite en ligne: http://yourmotorcyclejobs.com/resume/voyance-gratuite-c%c2%92est-bien-a-qu%c2%92elle-ne-sait/

voyance: http://dev.seedthecommunity.org/forum/viewtopic.php?pid=155302

voyance: http://romaniinlondra.co.uk/members/aguedcapuano/activity/52578/

voyance
gratuite en ligne: http://demo.ihomebay.com/index.php?q=node/187051
Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Hanine Abdellaziz - Copyright © 2010 
Tous droits réservés | Impressum | Contact

Connécter vous




Warning: file_put_contents(/www/htdocs/w00ccd14/templates/rt_crystalline_j15/css/css-3d31061b5a62e372692a6e42b789ec1e.php) [function.file-put-contents]: failed to open stream: Permission denied in /www/htdocs/w00ccd14/libraries/joomla/filesystem/file.php on line 304

Warning: file_put_contents(/www/htdocs/w00ccd14/cache/js-82379d438341fa998c84258af7f21f72.php) [function.file-put-contents]: failed to open stream: Permission denied in /www/htdocs/w00ccd14/libraries/joomla/filesystem/file.php on line 304